Coronavirus : 4 astuces pour se mettre au travail durant le confinement et booster ton projet cinéma

“Le génie commence les beaux ouvrages, mais le travail seul les achève.”

Joseph Joubert

Si l’actualité ne sera jamais le cheval de bataille de ce magazine, certains événements impactent considérablement et ne peuvent être ignoré. La crise mondiale qui a pour nom COVID-19, va changer énormément de choses. Bien plus qu’on ne le pense.

Il me semble important d’en parler un minimum. Ne serait-ce que pour s’y préparer intelligemment.

Comment ? En commençant à notre échelle et en respectant scrupuleusement les consignes à ce sujet établit par notre gouvernement. Car en restant à la maison, nous permettons au personnel soignant de continuer à sauver des vies. Et nous préservons la notre.

Cet article a la chance de participer à l’évènement “ Coronavirus : Comment travailler de chez soi efficacement pendant le confinement ? ”, organisé par le blog Blogueur Pro. J’y suis abonné depuis un moment et mon article préféré est celui-ci.

Après, certains m’ont fait part de leur réelles difficultés à vivre cette situation de confinement. Petite déprime, promiscuité, solitude, vos raisons sont très diverses. Et c’est un des arguments qui m’a poussé à écrire cet article un peu à part. 🙃

Si tu es dans ce cas, tout d’abord, n’hésite pas à appeler tes proches au moins une fois par jour. Ensuite tu peux trouver une activité calme qui te stimule : certains se sont organisés des marathons de films ainsi que des sessions découvertes afin de rattraper certains classiques de cinéma par exemple.

Mais la solution que je préconise, c’est de te lancer corps et âme dans le travail et la préparation de tes objectifs. Utilise cette période pour avancer dans ton projet cinéma quel qu’il soit.

Pense à cette image “too much” : « Je dois me lever cinéma et me coucher cinéma ». Puis programme et visualise tes objectifs à long terme. Cherche toujours la proactivité. Comme si c’était une deuxième nature.

Pour t’y aider, je vais te partager 4 astuces pleines de bon sens qui peuvent rendre ton travail encore plus prolifique.

Alors que tu souhaites préparer une audition, un examen, réécrire un scénario, remettre à jour des feuilles de services, réorganiser un tournage en t’arrachant les cheveux ou collecter et consolider tes connaissances sur le cinéma, voici mes quatre clés pour t’aider à travailler avec efficacité et ce, particulièrement durant la période de confinement.

1) Reconsidère la situation et déniche-en un revers motivant !

Tout le monde sait à quel point il est difficile d’être enthousiaste et productif quand le moral est au plus bas.

Mais alors que faire lorsque tu es dans ce cas ? Relativise au mieux la situation et reconsidère ton ressenti : pour ça il va falloir que tu respires et que tu prennes du recul.

L’idéal est ensuite de trouver un revers motivant. Quelque-chose qui va te permettre de nuancer tes pensées négatives, afin de voir la situation d’un œil nouveau.

Bien plus facile à dire qu’a faire, n’est-ce pas ? Mais essayons quand même. Prenons cette période de confinement et faisons le point sur tes ressentis : ok, la situation te semble sans précédent. Ok, tu as peur. Ok, le confinement renforce cette atmosphère lourde et anxiogène.

Commence par te répéter qu’en restant chez toi et en diminuant tes contacts, tu es potentiellement en train de sauver des vies. Plus que potentiellement d’ailleurs.

Puis, si la situation te coupes de tes habitudes et de tes proches, le confinement te met à disposition, sans que tu n’es rien demandé la ressource la plus précieuse au monde : le temps. Et si tu attends que ça passe, tu n’en profiteras pas.

C’est un des revers motivants avec lequel tu peux faire du confinement une parenthèse favorable : Concentre-toi sur le gain de temps réel que tu peux extraire de ce moment sans précédent.

Un moment qui peut être propice à l’introspection et à l’avancée de tes projets. Un moment qu’il serait dommage de ne pas utiliser à bon escient.

2) Utilise des blocs de travail

On rentre ici dans le domaine de l’auto-discipline. Voilà, le mot est lâché. Et s’il n’est pas toujours plaisant à entendre, il n’en reste pas moins, indispensable.

Lorsque j’étais encore un étudiant tout innocent (mais bête ça marche aussi 😉), j’avais pour habitude de courir insatiablement après ce que j’aimais appeler « un grand besoin de liberté ».

Je rejetais inconsciemment alors en bloc tout ce qui avait un lien avec les notions d’engagement et d’obligation. La discipline, je pensais que c’était exclusivement réservé au personnel militaire.

L’ironie de tout ça (que j’ai compris plus tard, alléluia), c’est que sans ces notions relatives à la discipline, il n’existe pas de réelle liberté :

« Recherchez la liberté et vous deviendrez esclave de vos désirs. Recherchez la discipline et vous trouverez la liberté »

Proverbe boudhiste.

Les blocs de travail sont une méthode très simple permettant de mieux gérer son temps de travail à la maison. Et en période de confinement, ils peuvent t’aider à t’organiser: le but est de faire coïncider ta journée autour de ces blocs. Et de t’y tenir absolument.

Par exemple, imagine 2 blocs d’1h le matin de 6h45 à 7h45 et de 8h à 9h. Puis 2 blocs d’1h le soir de 17h45 à 18h45 et de 19h à 20h. Entre deux blocs tu t’octroies une pause de 15min et cela te fait 4h de travail personnel organisé par jour et un focus uniquement sur tes objectifs du jour. 🙂

Inspiré par la méthode Promodoro, l’idéal est d’éteindre absolument tout ce qui pourrait interrompre ta session de travail à l’intérieur même d’un bloc : portable en mode avion et notifications désactivées.

En plus de te créer une discipline saine, cette méthode a l’avantage de pouvoir te donner des indications sur ton rythme de travail personnel et ton pouvoir de concentration.

A partir de la première semaine de mise en place, tu fais le bilan : si tu n’es pas satisfais de ta productivité, tu peux réaménager tes blocs en fonction.

Et si tu veux garder malgré tout la même organisation, tu sais que ton objectif est d’être plus productif à l’intérieur même d’un bloc. (Sois sur une heure de travail si l’on garde notre exemple.)

Par l’auto-discipline on peut créer des habitudes (qui deviendront la colonne vertébral de ta vie) susceptibles de nous ouvrir un monde de tous les possibles. Et ce, sans une once d’exagération.

3) Aménage ton environnement

C’est un sujet extrêmement vaste mais qui peut jouer un grand rôle, notamment sur ton focus et ta concentration.

Car quelque-soit l’espace de travail, ton environnement influence toujours directement ton état d’esprit. Par exemple si ton bureau donne simplement sur un mur, ne sois pas étonné que ton travail avance difficilement.

La clé est d’aménager ton espace intelligemment afin qu’il t’aide réellement dans l’accomplissement de tes différentes tâches.

Voici quelques idées qui peuvent t’inspirer :

  • La vue devant ton bureau doit être idéalement dégagée. Si ce n’est pas possible, accroche une image sur le mur devant toi. Afin de t’évader ou de te rappeler ton objectif final.
  • Ton bureau doit être rangé, idéalement sans aucune pile de dossier visible, ni fioriture inutile.
  • Tu peux choisir tes carnets et cahiers dans des couleurs qui symbolise un ordre de priorité (rouge pour celui que tu utilises le plus par exemple)
  • Intéresse-toi à la notion de Personal power spot pour ton espace de travail personnel
  • Le bureau virtuel de ton ordinateur doit également être très épuré (pas plus de 3 ou 4 dossiers et intitulés distincts). 

Et de manière plus générale :

  • Optimise tes sessions de recherches sur internet avec des agrégateurs de contenus tel que Netvibes ou inoreader. (Centralise vos contenus et automatise le suivi)
  • Tu peux prendre des photos de tes notes physiques importantes pour les exporter sur des supports en ligne tel que Onenote ou Evernote.
  • Tu peux investir dans un casque confortable anti-bruit si tu es trop sensible à l’environnement sonore.

Et si tu souhaites aller plus loin sur la question du rangement et de l’aménagement de ton environnement, tu peux t’intéresser à l’écrivain et conférencière Marie Kundo, qui est spécialisé sur le sujet.

4) La passion, ton arme redoutable

“La passion s’accroît en raison des obstacles qu’on lui oppose.”

William Shakespeare

Cette dernière “astuce” est ma préféré. Et même si elle s’avère plus didactique que pédagogique, il est primordial de bien la comprendre : ta passion est une arme redoutable. Et elle va te permettre de dépasser les différents obstacles à la réalisation de tes projets. Une excellente raison de prendre de l’avance sur tes objectifs durant le confinement.

Imagine toi avoir passé une semaine non stop sur une infime partie des différents objectifs que tu t’étais fixé. Imagine ta frustration. Imagine ton épuisement. Tu te répètes que n’importe qui aurait bouclé ça en moins d’une demie journée. N’importe qui, mais pas toi.

De toute façon tu n’y arrivera pas, tu le sais maintenant. c’est bien trop compliqué. Ce que tu pensais être de la persévérance s’est transformé en une sorte d’obstination désespéré…

Et alors que tu es sur le point d’abandonner, tu te souviens soudain du pourquoi. De la raison qui est à l’origine de tout ça. De l’enthousiasme énorme du début, de ta confiance aveugle et de ton objectif clair. Tu ressens alors que tu ne peux pas abandonner. Pas tout de suite, non. Pas avant d’avoir donné jusqu’à tes dernières forces, les plus précieuses, celles qui sont cachées et que tu gardes uniquement pour les situations d’urgence. Tu te surprends alors à sentir un grondement sourd, une forme d’énergie inconnu dont tu n’avais pas conscience qui se met à parcourir tout ton corps.

Alors tu souffles doucement et tu t’y remet. Avec cette certitude nouvelle d’être loin d’avoir dit ton dernier mot…

Pourquoi est-ce que je te raconte ça ? 😀 Pour te rappeler d’une part l’importance de ton “pourquoi”, ce point d’ancrage, cette force qui te pousse irrémédiablement vers ce que tu veux. Et que plus ce point d’ancrage est puissant, plus tu auras d’énergie pour dépasser les blocages que tu rencontreras.

C’est ce que j’aime appeler le pouvoir du passionné. De celui qui est animé d’un feu sacré, qui ne compte pas ses heures et qui a l’impression de jouer alors qu’il travaille.

Apprends, et aiguises ta passion tous les jours si tu veux t’approprier ce pouvoir. Parce que si on répond au pourquoi par la passion, on peut soulever des montagnes. Et ce, sans une once d’exagération… 😉

« Si la passion conseille quelquefois plus hardiment que la réflexion, c’est qu’elle donne plus de force pour exécuter. »

Vauvenargues

Je te souhaite un bon confinement et j’espère avoir pu t’aider. Comme d’habitude, si tu as des questions n’hésite surtout pas à les partager en laissant un commentaire !

Ah, et surtout n’oublie pas, vive le cinéma ! 🙃

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire