4 options pour étudier le cinéma

Les films donnent l’illusion d’avoir évolué alors que ce sont les mentalités, la culture des spectateurs qui muent.

Francis Ford Coppola

TU NE PEUX PAS DEVENIR CINÉASTE ET NE PAS T’INTÉRESSER À CHACUNE DES ÉTAPES. (…) L’ÉCRITURE, LE TOURNAGE ET LE MONTAGE, PUIS ENSUITE LA MISE EN MARCHÉ. SI TU VEUX EN FAIRE, IL FAUT QUE TU COMPRENNES CHAQUE ÉTAPE.

CAROLE LAURE

Mon école de cinéma, c’est mon père.

Sofia Coppola

Avant propos :

Bonjour à toutes et à tous, ici Sebastien Ciney pour Comment Faire Du Cinéma.

Dans cet article (et vidéo, qui m’attend en ce moment sur la table de montage 🤫), je vais vous présenter les 4 options pour étudier le cinéma. Parce que, oui, la question de l’orientation professionnel dans le domaine audiovisuel à ses petites particularités et ses propres codes. Il est donc conseillé de s’y pencher sérieusement afin d’éviter de multiplier les détours (disons comme pour moi par exemple 😉 ) !

C’est en partie pour ça donc que j’ai décidé de vous faire un article complet qui récapitule l’ensemble de vos options concernant les études de cinéma. Le but est qu’à la fin (de cet article), vous ayez une vrai vision d’ensemble des différentes branches qui s’offrent à vous et que vous puissiez ainsi vous concentrer sur votre futur projet professionnel (et personnel), sans avoir à vous poser milles et unes questions sur la question de l’orientation..

Alors ça y est ! Vous le savez, vous voulez étudier le cinéma ! Et bien félicitations. Parce que je me souviens que trop bien du sentiment que vous devez ressentir. Précisément là, au moment ou vous vous êtes dit : « Ah mais si. C’est bien ça que je veux faire. » 🙂

Vous voulez étudier le cinéma, mais vous ne savez pas vraiment par où commencer. Et on ne peut pas vous blâmer : certains vous disent de tenter absolument les grandes écoles quand d’autres vous assurent que les études ne servent à rien et que seul compte, le réseau.

Qui croire ? Comment vous décider ? Oubliez tout ça et laissez tomber les « on dit », car ils servent trop souvent l’intérêt d’autrui.

Dites-vous juste, qu’il existe 4 options pour étudiez le cinéma, 4 cursus très différents. Si les métiers du cinéma vous intéressent réellement, vous allez devoir vous engager dans une de ses voies. Et votre choix doit se porter sur la voie qui semble vous correspondre le mieux. Point final. 😉

1) Le Brevet Technicien Supérieur et les métiers de l’audiovisuel

Il existe en France plus d’une vingtaine de BTS publics portant sur les métiers de l’audiovisuel. Et ils gravitent autour de 5 catégories bien précises :

  • BTS Image
  • BTS Son
  • BTS Montage et Postproduction
  • BTS Production
  • BTS Techniques d’ingénierie et d’exploitation des équipements.

Très ciblé, ces formations ne requièrent que le bac, ce qui est un vrai plus. A coté de ça, elles ont l’avantage d’être courtes (2ans) et gratuite. Certaines proposent même de l’alternance, ce qui les rendent d’autant plus attrayantes et intéressantes.

Si vous savez déjà précisément dans quel secteur audiovisuel vous désirez travailler, prenez directement contact avec le BTS qui vous intéresse. Voici quelques exemples de question qui peuvent vous aider à trancher (n’oubliez pas de regarder d’abord si les réponses ne sont pas sur la brochure du BTS concernée) :

  • Quelles sont, précisément vos conditions d’admission ?
  • Quel genre de matériel mettez-vous à disposition des élèves ?
  • Proposez-vous une formation en alternance ?
  • Combien de vos diplômés en moyenne, trouvent un emploi dans l’audiovisuel ?

Et n’hésitez surtout pas à être le plus précis possible. Notez que si ces formations sont pour la plupart très efficaces, elles s’adressent en particulier à des futurs techniciens audiovisuels. Pour tout ce qui concerne l’aspect créatif, il faudra se former à côté. 🙂

2) Les écoles de cinéma

On peut classer les écoles de cinéma en deux catégories : privé et public.

La plupart des écoles de cinéma sont issues du secteur privé, avec des prix qui évoluent souvent entre 4 000 et 9 000 euros l’année. Comme la durée du cursus est de 3 à 4 ans (souvent avec une année optionnelle à l’étranger), il est capital d’étudier les brochures et de se rendre aux portes ouvertes pour ne pas se tromper.

Ces écoles proposent souvent une première année assez général pour se spécifier par la suite, dans un domaine particulier. Voici quelques exemples non exhaustifs d’écoles privées :

Et il y en a pleins d’autres. Le vrai avantage de l’école privée est le matériel qu’elle va te mettre à disposition. Après au vu de l’investissement, ça peut paraître un minimum. 🙂

Concernant les écoles audiovisuelles du secteur public, les deux plus importantes sont à Paris : Louis Lumière et la FEMIS. Il vous faut un Bac+2 minimum pour y déposer ta candidature et le concours est très sélectif.

Il y a un film que je vous conseille d’ailleurs, qui montre les coulisses du concours de la FEMIS : Le concours de Claire Simon (C’est une cinéaste française très intéressante dont la filmographie mérite clairement le coup d’oeil ! Elle a également été directrice du département réalisation de la FEMIS).

Lire plus de commentaires sur Le Concours de Claire Simon sur Amazon.

Et voici quelques exemples non exhaustifs d’écoles publiques :

Si une de ces écoles publiques vous intéressent, n’hésitez surtout pas à vous y préparer dès maintenant. Utilisez les réseaux sociaux dans ce sens (groupe Facebook, Forum) , l’idéal étant d’aller rencontrer d’anciens élèves pour leurs poser directement vos questions.

3) L’universitaire

C’est certainement la formation que je vous conseille le moins, sauf si l’enseignement vous intéresse particulièrement.

Le cursus universitaire audiovisuel ne vous proposes que très peu de pratique. Trois années passent et vous arrivez en Master avec l’intention d’être réalisateur alors que vous n’avez fait ni stage, ni tournage, pas même un court-métrage.

Bon, j’accentue peut-être le trait, mais c’est pour que vous comprenez une chose : si vous choisissez cette option, je vous encourage vivement à fournir un travail personnel à côté afin d’aller systématiquement plus loin que ce que vous apprenez dans les amphithéâtres.

Après, l’université peut être une excellente alternative si :

  • Vous souhaitez tenter le concours d’une école public après votre bac+2
  • Vous êtes un autodidacte qui souhaite rencontrer des jeunes passionnées

Quelques exemples non exhaustifs d’universités proposant un cursus audiovisuels :

4) L’autodidacte

Une petite devinette (trop) facile rien que pour vous : il a été refusé trois fois pour rentrer dans une école de cinéma mais ça ne l’a pas empêché d’inventer le blockbuster. De qui s’agit-il ? 🙂

Steven Spielberg, oui monsieur ! Et bien c’est un pur autodidacte.

Si cette option est à prendre avec des pincettes, elle existe bien néanmoins. De nombreux exemples en témoignent. Aujourd’hui, une inscription à la bibliothèque, une connexion internet et beaucoup de pratique peuvent suffire à vous former si vous êtes assez discipliné.

De plus avec les formations en ligne qui se démocratisent, la question de l’auto-formation va devenir de plus en plus d’actualité.

Mais il y a 3 choses indispensable que l’autodidacte devra aller chercher par lui même :

  • les rencontres avec d’autres personnes pour créer son réseau
  • Les tournages et la pratique en général
  • Un véritable cadre de travail, avec des horaires prédéfinis

Et le(s) petit(s) conseil(s) de dernière minute ? 🙄

  1. Inscrivez-vous sur un forum des métiers de l’audiovisuel. Et rendez-vous au salon le plus proche de chez vous.
  2. L’inconvénient géographique : la plupart de ces formations se centralisent à Paris ou autour des grandes villes. Alors si, comme moi au moment ou j’écris ces lignes, vous vous trouvez dans un petit village perdu au fin fond de la forêt, il va falloir vous préparer à faire vos bagages. (Et si vous n’avez pas d’autre choix que de vous rendre sur Paris, plusieurs articles de ce magazine sont fait pour vous. Vous pouvez commencer par celui-ci 😉 )
  3. Si votre choix se porte sur un établissement privé, vérifiez bien que celui-ci est reconnu en France et à l’étranger.
  4. C’est l’école qui doit se « vendre »  à vous et non le contraire. C’est un trait d’esprit subtil mais qui peut faire une énorme différence, croyez-moi !
  5. Et n’oubliez pas que vous voulez aussi faire ces études pour vous amuser…

Comme d’habitude, si vous avez des questions n’hésitez (surtout) pas à les partager en me laissant un commentaire ! 🙃

Et surtout, SURTOUT, n’oubliez pas, vive le cinéma !

N'hésitez (surtout) pas à partager cet article afin d'aider à votre tour un nouveau Cinéphile Actif🙂 :

5 Comments

  1. Benoit

    Ces études ne mènent à rien si tu n’as pas les pistons dans le métier..

  2. Benoit

    A quoi bon se lancer dans ce milieu quand on sait aujourd’hui que sans réseau, il n’y a que très peu de chance d’insertion pro ? 😑

Laisser un commentaire