Êtes-Vous fait pour faire du cinéma ?

 » Le seul moyen que j’ai de me débarrasser de mes peurs est de faire des films sur elles. « 

ALFRED HITCHCOCK

INT. JOUR. BIBLIOTHÈQUE

Un jeune homme, George, est plongé dans la lecture d’un livre intitulé La formation de l’acteur. Mais, alors qu’il referme le livre, une petite voix se met à le sermonner.

LA PETITE VOIX DE GEORGE (V.O) (Douceureuse)

Arrête ça. Pour faire du cinéma, Il faut avoir les dents longues. Et crois-moi, tu n’es pas fait pour ça.

C’est un monde à part. Ou PERSONNE ne se fait de cadeau. Puis, c’est de plus en plus bouché : si tu n’as pas les bons contacts dès le début, ça sera mission impossible.

George déambule lentement dans les allées de la bibliothèque. Un livre jaune attire alors son attention. Il s’agit du dico des métiers de l’ONISEP. Il l’ouvre et parcours son sommaire.

LA PETITE VOIX DE GEORGE (V.O) (Douce)

Voilà qui est plus sérieux, George.. 

Comment répondre le plus pertinemment possible à la question « suis-je fait pour faire du cinéma ? »

Comme George, vous vous mettez à douter parfois : vous en est peut-être même à un énième test d’orientation concernant les métiers du cinéma ? Si c’est le cas, j’ai une très bonne nouvelle : vous pouvez arrêter maintenant. Car si vous vous posez ce genre de questions ou que vous vous l’êtes déjà posé par le passé, ce qui va suivre va fortement vous intéresser !

D’une part parce que Comment Faire Du Cinéma doit beaucoup a ce genre de question. Lorsque j’ai eu l’idée de ce magazine il y a quelques années, ça a été d’abord pour répondre a ce genre de question de manière pragmatique. Afin de permettre à n’importe qui de bénéficier de réponses claires qui m’auraient été d’une grande utilité à mes débuts. Et qui m’aurait évité bien des déboires.

Alors déjà, qu’en pensez-vous ? Êtes-vous fait pour faire du cinéma ? Si vous avez fait divers tests, que vous disent-ils ? Est-ce que votre profil correspond aux compétences requises pour exercer dans ces métiers ? Si je vous propose d’y répondre en 4 étapes toutes simples et en défiant (je vous détaille ça plus précisément à l’étape numéro 3) la plupart des tests que vous pourrez trouver, ça vous tente ? Super, alors dans ce cas, allons-y ! 😉

Comment répondre à la question : Suis-je fait pour faire du cinéma ?

1 – En prenant conscience qu’il n’existe pas vraiment de profil type

La 1ère chose que vous devez savoir, c’est qu’il n’existe absolument aucun profil type pour exercer dans le milieu de l’audiovisuel. Aucun. Et si cela est vrai dans beaucoup de domaines, dans le cinéma, ça l’es encore plus. Il y a mille & une façons de le vérifier et de se rendre compte que ceux qui exercent dans ce domaine viennent d’horizons totalement différents.

Je vous encourage d’ailleurs fortement à lire des livres sur ceux qui ont fait le cinéma d’hier et d’aujourd’hui pour vous inspirer et vous faire une idée. La, tout de suite, bizarrement, je pense au formidable Sylvester Stallone, héros de la classe ouvrière de David Da Silva, qui sans être une réelle biographie, est assez parlant, notamment sur ce sujet.

Alors, oui, faire une liste des compétences communes propres à un domaine peut être intéressant et servir de point de départ. Mais, essayons ensemble : quelles sont les compétences communes propres a l’exercice des différents métiers du cinéma ? OH MY GOD ! 😱 Mais uniquement TOUTES les compétences du MONDE en fait ! De l’esprit créatif, d’initiative, de synthèse aux nombreuses compétences techniques dont certaines très poussées, l’industrie de l’audiovisuel brasse un panel de compétences multiple et très varié. Mettre en avant des personnes d’horizons complètement différents est d’ailleurs le propre de ce qui fait le cinéma d’aujourd’hui.

Il n’est donc absolument pas nécessaire de rechercher une validation par ce biais. L’audiovisuel est un domaine trop éclectique et extrêmement large. La réponse quelle qu’elle soit, ne serait en aucun cas pertinente pour votre projet.

2 – En dépassant le redoutable syndrome de l’imposteur

La 2ème chose que tu dois savoir, c’est que TOUT LE MONDE se pose cette question à un moment donné. Si, si. Ce n’est pas juste toi, qui d’un coup a une révélation qui te fais comprendre que tu n’es pas sur le bon chemin. Alors, respire et ne t’inquiète pas, tu es parfaitement normal de ressentir ça. C’est d’ailleurs le contraire qui pourrait être plus inquiétant. Car si l’on regarde bien, qu’est-ce qui se cache derrière ce genre de question :

→ Suis-je vraiment fait pour exercer dans les métiers du cinéma ?

Ai-je assez d’imagination pour devenir scénariste ?

→ Suis-je assez affirmée pour devenir actrice ?

→ Suis-je assez rigoureux pour devenir monteur ?

→ Suis-je assez calé pour devenir directeur de la photographie ?

Ai-je réellement moi aussi ce truc, que je retrouve chez les réalisateurs que j’admire, pour passer derrière la caméra ?

→ Etc.

D’une part, et je sais que tu le sais, c’est ta peur qui est en train de parler à ta place. La peur de l’inconnu, la peur de décevoir, la peur de se tromper. J’en parle d’ailleurs dans le podcast « Comment dépasser la peur de se lancer dans le cinéma ? » que tu peux écouter en cliquant ici.

Et derrière cette peur, se dissimule ton désir de réussite. Qui prouve le plus souvent et dans une certaine mesure, l’importance que tu vas accorder à ce que tu veux. Et c’est la que ça deviens intéressant. Puisque d’autre part, cette question met en avant ton désir profond. Et souvent, plus cette question te parait désagréable, plus cela trahit un désir important.

C’est la qu’intervient ce qu’on appelle le syndrome de l’imposteur. Il s’agit d’un trouble dépréciatif que j’ai moi-même fréquenté personnellement😉 et qui te donne la sensation de tromper ton monde et de ne pas être du tout légitime dans ce que tu entreprends.

PEUR + DÉSIR = SYNDROME de l’IMPOSTEUR

Autrement dit, tu pourras gagner tout les concours de la terre, tu n’empêcheras pas ta petite voix (big up George ! ) de te murmurer : « Tu le sais que tu n’es pas fait pour ça. Et un jour, tous le monde s’en rendra compte, tu verras. »

Ce syndrome touche 70% des personnes dans le monde selon le Journal of Behavioral Science. Il y a donc des chances que tu sois concerné. Mais rassure toi, ce n’est pas un état permanent. Pour le dépasser, tu dois déjà en prendre conscience et l’accepter tout simplement.

Ensuite, trouve-toi un pourquoi (J’en parle dans le point numéro 3). Car en plus d’être efficace quasiment instantanément, cela va te servir toute ta vie. Pour t’aider à le trouver, pose-toi la question suivante par rapport à ton projet : POURQUOI désires-tu ceci ?

3- En découvrant ce qui te passionne

La 3ème chose que tu dois savoir (et elle n’est pas des moindres), c’est que finalement cette fameuse question n’a absolument aucun sens. Elle ne sert à rien. Qu’importe ce que disent les tests d’orientations sur le 7ème art : on a vu à l’étape numéro 1 que le profil type n’existait pas. Et dans l’étape numéro 2, qu’en filigrane « Suis-je fait pour faire du cinéma » transpirait la peur, souvent proche du syndrome de l’imposteur.

Cela sans compter que la plupart du temps, « Suis-je fait pour faire du cinéma » va engendrer des réponses générique et peu constructives du types « Si tu veux faire du cinéma, tu dois être passionné et avoir une excellente culture cinématographique » ou encore « Tu dois être curieux ». Ce n’est pas faux. Mais ce n’est pas très engageant, c’est le moins qu’on puisse dire..

D’accord tu vas me dire. Mais alors, revenons quand même à nos moutons : es-tu fait pour faire du cinéma ? Oui ? Non ? Peut-être ? En réalité, il n’y a qu’une seule bonne réponse a cette question:

Attention *roulement de tambour*, je te dévoile ça dans 3, 2, 1 ….

SUIS-JE FAIT POUR FAIRE DU CINÉMA ?

AI-JE ENVIE DE FAIRE DU CINÉMA ?

Et voilà, tu connais the big secret ! Estomaqué tu es ? 🙂

C’est la seule et l’unique question que tu dois te poser : as-tu envie de faire du cinéma ? Et si c’est le cas, POURQUOI ? Tu dois répondre a cette question très personnelle avec minutie. Car crois-moi, ta réponse est d’un intérêt considérable. Elle va te suivre tout au long de ton parcours et va te permettre de te recentrer durant les moments de flottements.

Et de manière plus général, voici la raison sous-jacente de ton envie de faire du cinéma : découvrir ce qui te passionne. Afin de t’y jeter corps et âme. Point.

Car la passion n’est pas une histoire de génétique comme le laisse quasiment entendre la question « suis-je fait pour faire du cinéma? ». Si quelqu’un te dis
« oui, tu es né pour faire du cinéma », tu vas te dire « oh chouette ! Ca va être facile alors. » Et non. Ce n’est pas toujours facile non plus. Si c’est ça que tu recherches, je te conseilles, comme George, de rouvrir Le dico des métiers afin d’examiner de nouvelles options. Car la très grande majorité du temps les métiers du cinéma commencent par une histoire de passion.

Et cette passion c’est ton trésor. C’est ce qui te donne le feu. C’est une denrée rare qui te fais te mouvoir d’un point à un autre avec entrain et détermination. C’est ce que j’aime kitchement appeler le pouvoir du passionné : de celui qui est animé d’un feu sacré, qui ne compte pas ses heures et qui a l’impression de jouer alors qu’il travaille. 😉

4 – En misant sur le pouvoir des méthodes

On a vu que pour te permettre de répondre à la question « Suis-je fait pour faire du cinéma », il faut d’abord prendre conscience qu’il n’existe pas de profil type, dépasser le syndrome de l’imposteur et découvrir ce qui te passionne en répondant à « Ai-je envie de faire du cinéma ? ».

Maintenant il reste une dernière chose : il s’agit d’une autre question qui prend souvent plus d’importance qu’elle ne le devrait. Mais on ne peut pas s’en empêcher. Cette question est à l’origine de 99,99% des ébauches sans suite, des projets avortés et des abandons. Cette question, tu l’as en ce moment sur le bout de ta langue… 🙂

COMMENT ? Comment vais-je faire pour faire du cinéma ?

Comme tu t’en doutes, la réponse est propre à chacun. Mais il faut que tu saches qu’avec un vrai pourquoi et un désir puissant, tu obtiendras très souvent des réponses avant même d’avoir réfléchi au comment.

Bien sur, je t’encourage aussi une nouvelle fois à lire ! Surtout si tu es au début de ton projet : emprunte à ta médiathèque des biographies diverses en privilégiant toujours celles sur des personnes qui ont déjà obtenu ce que tu veux. Dans l’histoire politique du monde, plusieurs régimes mal intentionnés en ont brûlé. Dis-toi que ce n’est pas un hasard. Le livre est un outil formidablement puissant.

Et à côté de ça, dis-toi que pour trouver une réponse au COMMENT, tu vas simplement miser sur le pouvoir des méthodes. La bonne nouvelle, c’est que c’est la raison d’être de ce blog : te partager toutes les meilleurs méthodes pour construire et aller au bout de tes projets audiovisuels. Car je sais que tu le sais, tout s’apprend. Et ce quelque soit ton niveau de base. Tu comprends donc que savoir si l’on est né pour être scénariste n’a absolument aucun sens ici. Commence par découvrir ce qui te passionne. Et aiguise cette passion en suivant des méthodes qui te parlent et t’inspires.

Donc COMMENT vais-je faire du cinéma ⟶ PASSION + MÉTHODE

Les méthodes vont t’apporter les techniques et la mise en place des différents process. La passion va te donner l’énergie, la patience et la persévérance que tu vas mettre dans ton projet. D’ailleurs, je vais te laisser avec une petite méthode universelle toute bête que j’ai pris l’habitude de prôner dans ce magazine.

C’est la méthode DC que tu connais déjà bien si tu as lu mon guide des 7 erreurs 🙂

Elle peut t’aider considérablement et elle est facile à mettre en place :

1- Pratique ➜ 2- Mets la théorie au service de ta pratique

Autrement dit, fais en sorte de rythmer ton apprentissage du cinéma en suivant ces étapes simples de façon à en faire un cercle vertueux :

Pratique → Apprend → Applique → Re-pratique → Re-apprend → Re-applique

Et ainsi de suite.

Alors dis-moi maintenant, es-tu fait pour faire du cinéma ? 😉

Voilà. Comme d’habitude si tu as des questions tu peux me laisser un commentaire. Et si ce billet t’as aidé, n’hésites pas à le liker et à le partager afin d’aider à ton tour une autre personne.

Ah, et n’oublies surtout pas : vive le cinéma ! 😃

N'hésitez pas à partager cet article 🙂 :

Laisser un commentaire